« Halte aux aliments ultra transformés! mangeons vrai « 

 

Anthony Fardet, ingénieur agro- alimentaire & Docteur en nutrition humaine auteur des livres :

Pourquoi tout compliquer ? Bien manger est si simple et Halte aux aliments ultra-transformés ! Mangeons vrai .

« Longtemps négligée par les nutritionnistes, la transformation des aliments par l’industrie agro-alimentaire joue un rôle certain dans l’épidémie de maladies chroniques », prévient le Dr Anthony Fardet, auteur de « Mangeons Vrai ».  Dans une de ses ouvrages, il dénonce la place grandissante des faux aliments, ultra transformés, reconstitués et leur impact dramatique sur la santé.

Le constat préalable que peut faire Anthony Fardet, est que notre espérance de vie n’a jamais été aussi élevée mais que nous vieillissons en mauvaise santé. Passé 60 ans, la population est touchée par le diabète de type 2, les cancers, Alzheimer, Parkinson, auxquels s’ajoute l’épidémie d’obésité. Ce sont des maladies de civilisation, ce qui signifie qu’elles sont la conséquence de nos façons de vivre et surtout de nous alimenter. Anthony Fardet démontre l’implication des produits ultra-transformés créés par l’industrie agro-alimentaire dans ce phénomène et les solutions pour y remédier de façon individuelle et collective.

Qu’est-ce qu’un « faux aliment » ?

La technologie alimentaire moderne permet de fractionner les aliments et d’en isoler les composants. Ces composants servent d’ingrédients aux industriels qui les recombinent en y ajoutant sel, matières grasses, sucres simples et de nombreux additifs. Le rôle des additifs est de redonner artificiellement le goût, la couleur et la texture perdus lors du fractionnement.

D’où vient l’erreur ?

L’erreur vient de la différence entre l’approche réductionniste et l’approche holistique. Les industriels ont une approche réductionniste de l’alimentation, ils pensent que l’aliment n’est qu’une somme de nutriments et donc gèrent la création des aliments comme des chimistes qui recombinent, ce qui donne les « Enrichi en… » ou bien « Source de… ». Consommer le fructose d’un fruit n’a rien à voir avec consommer du fructose obtenu par l’hydrolyse de l’amidon de maïs, car le fruit est une matrice fibreuse dans laquelle sont piégés les vitamines, les minéraux et le fructose. Par conséquent, à composition égale, l’effet matrice d’un aliment change le résultat sur notre métabolisme. Ce n’est pas la même chose de boire un verre de jus de pomme que de manger une pomme sur l’index glycémique, la satiété, la biodisponibilité des nutriments.

Faux aliments et vrais aliments : pas le même effet sur la santé

Anthony Fardet nous explique la différence entre faux aliments et vrais aliments. Par exemple, un pain fait de farine blanche à laquelle on ajoute du son (faux aliment) fait davantage monter la glycémie qu’un pain fait de farine intégrale (vrai aliment). Il est moins rassasiant et fait plus monter le sucre sanguin. Pourtant les constituants, pris isolément sont les mêmes ! « Un aliment, ce n’est pas qu’un assemblage de nutriments, c’est un tout.Et le tout vaut mieux que les parties. »

Les études internationales soulignent la responsabilité écrasante des faux aliments dans l’épidémie de maladies chroniques. 

Besoin d’un coup de main au supermarché ?

L’application SIGA vous permet de scanner les produits de supermarché afin de connaître leur degré de transformation.

Du vrai, du varié et du végétal .

La règle d’or des 3V : c’est un moyen mnémotechnique simple pour se souvenir de la ligne de conduite à tenir.

  • Vrai : 85% de produits bruts doivent composer votre caddie.
  • Varié : il faut manger de façon variée des produits de préférence bio, locaux et de saison.
  • Végétal : 85% de produits d’origine végétale et 15% de produits d’origine animale pour la santé mais aussi pour la planète.

En résumé

Plus un aliment est transformé (fractionné-recombiné), plus il est susceptible d’avoir un effet néfaste sur la santé.

C’est pourquoi un aliment sain se définit comme un aliment le moins transformé possible pour être à la fois comestible, sûr et bon » Anthony Fardet

source : la nutrition/ anthony fardet